L’anomaloscope

Historique

A la fin du XIXème siècle fut mit au point un appareil (par le mathématicien et physicien anglais John William Strutt, dit Lord Rayleigh) permettant de tester la vision des couleurs dans la zone rouge-vert : l’anomaloscope.

(JPG)
Anomaloscope

Fonctionnement

Son principe repose sur la comparaison sur un écran d’une lumière de référence jaune orangée (longueur d’onde de 589 nm) avec une lumière composée d’une addition d’une certaine intensité de rouge (longueur d’onde de 671 nm) et de vert (longueur d’onde de 546 nm).

(JPG)
Lumière de référence (partie haute) et composée addition rouge/vert (partie basse)

Les sujets normaux sont sensibles au rouge et au vert et ajustent ces deux intensités (plus de rouge que de vert) pour obtenir un jaune comparable à la lumière de référence. Les sujets dyschromates "rouge moins" n’ajustent cette lumière qu’en modifiant l’intensité du vert, et les dyschromates "vert moins" qu’en modifiant le rouge.

(JPG)
Anomaloscope OT-II

L’anomaloscope est donc utilisé pour détecter et différencier les dyschromates "rouge-vert".

Ces appareils sont coûteux et ils ne sont à disposition que dans les cliniques ophtalmologiques et les instituts spécialisés. Ce test est parfois utilisé dans la marine ou l’aviation pour confirmer le daltonisme et mesurer le degré d’atteinte.


Sommaire de la rubrique Tests de dépistage

  • Le test d’Ishihara
  • Pseudo-isochromatique
  • Les tests de classement
  • Les tests pour les enfants
  • La lanterne de Beyne
  • Le CUVT
  • L’anomaloscope