Je suis deutéranomalien, pas mon frère jumeau !

Auteur : Philippe - 15/06/2008

Je suis deutéranomalien (confusion rouge-vert, en fait seulement entre entre des beiges rosés et des beiges verdâtres par exemple). Je le sais aussi depuis longtemps, depuis la réalisation d’un grande fresque murale en groupe, où j’ai peint des orangers avec des beaux fruits murs beiges et non oranges, de jolies feuilles brunes que je croyais d’un beau vert foncé et lisse, et un tronc orange que je croyais marron-beige. Il était demandé en effet de mettre beaucoup de couleur et créer des mélanges subtils et non de prendre des couleurs fraichement sorties des tubes, et les couleurs utilisées étaient mises en commun, et mélangées sur une palette...

Depuis les tests avec planches ont révélé le deutéranomalisme. Dans les faits cela ne me gène pas du tout car j’ai bel et bien une vision au moins trichromatique, et même probablement quadrichromatique : ma vision des couleurs est personnelle, je perçois des différences que d’autres ne voient pas ; je ne me sens pas anormal et certainement pas "déficient" puisque au contraire je perçois des différences que les "normaux" sont incapables de voir.

On nous dit que c’est héréditaire (chromosome X), pourtant mon frère JUMEAU n’a pas du tout cette "anomalie". Alors ça doit s’expliquer aussi par autre chose que le seul message génétique de l’ADN du chromosome : par exemple des facteurs d’activation des gènes, non codés eux-même dans l’ADN, ou bien d’irrégularité dans la multiplication cellulaire lors de la formation de la rétine, ou une mutation auto immune dans le stade précode du développement embryonnaire (mais après la séparation de mon frère jumeau...) C’est difficilement explicable.

Je suis personnellement convaincu maintenant que la présentation faite des "anomalies" chromatiques est trop simpliste et que les tests sont ultra simplifiés et ne permettent pas d’explorer la véritable richesse des différences de perception des couleurs d’un individu à l’autre.

Je suis convaincu par exemple que les cas de deuteranopie ou monochromatisme vrais n’existent pas : il doit en fait y avoir malgré tout des pigments différents développés naturellement et aléatoirement dans les cônes de l’œil même s’il y a un seul gène initial, et que cette diversité de sensibilité chromatique s’accentue durant les stades précodes et même ultérieur du développement embryonnaire (la preuve : mon frère jumeau n’a pas d’anomalie détectable).

Je suis aussi convaincu maintenant que cette diversité évolue aussi au cours de la vie, avec le renouvellement cellulaire au sein de la rétine, ou à cause des effets de certains composés organiques sur la composition chimique des pigments, soit produits par le corps lui-même, soit ingérés, soit issus de la dégradation cellulaire, soit à cause d’infections locales pouvant produire des oxydations de ces pigments (éventuellement localisées sur la rétine, ou temporaires et réversibles).

Si les scientifiques cherchaient mieux, ils trouveraient qu’il n’y a pas que trois pigments dans l’œil mais en fait de nombreuses variantes, et des proportions variables de ces pigments dans tous les cônes, les cônes n’étant pas tous monopigmentaires...

Cela offre donc des perspectives à une vision d’un monde en couleurs pour le plus grand nombre, mais signifie aussi que ce qu’on appelle "vision normale" n’est en fait qu’une moyenne jamais atteinte en pratique mais seulement approximée, un modèle utilisé dans l’industrie pour reproduire la grande richesse des couleurs naturelles sur des dispositifs pauvres chromatiquement comme les encres d’imprimerie (utilisés en nombre limité) ou les écrans : aucun de ces dispositifs ne reproduit fidèlement le spectre, tous essayent seulement de reproduire seulement une réponse similaire des organes de vision humains à ces couleurs artificielles...

Mon monde n’est pas différent de celui des autres. Les tests qui essayent de montrer les prétendus problèmes sont biaisés pour seulement prendre en compte certaines composantes choisies assez arbitrairement par l’industrie de l’impression, de la photographie et de la vidéo... qui voulaient pouvoir se contenter de modèles trichromatiques pour des raisons de coûts. Hors aujourd’hui on voit apparaitre des impressions meilleurs marché avec d’abord la quadrichromie (qui donne de meilleurs rendus des couleurs), puis d’avantage d’encres y compris sur les imprimantes personnelles.

Alors, quand en finira-t-on de la dictature des modèles trichromiques ? Ce sera difficile de remettre en question les écrans et formats d’images numériques dans le modèle colorimétrique trichromique RGB, sauf si enfin de nouvelles technologies d’écrans développent des composantes chromatiques supplémentaires :
-  tant le rendu des beiges et marrons est mauvaise sur les écrans,
-  de même que la richesse trop insuffisante des verts,
-  ces mauvais rendus m’étant tout à fait perceptibles à moi, deutéranomalien, alors que justement ce sont des couleurs que je ne suis pas "sensé" distinguer...

Alors que faire ? En finir avec cette dictature anti-daltoniens pour certains métiers : c’est vrai que la cas des pilotes de chasse est plutôt exceptionnel, mais en fait si on comprenait mieux les problèmes, on ferait des interfaces artificielles de couleurs mieux adaptées et calibrées.

Dans les faits, le monde réel est plus riche en couleurs que ce que fait une industrie paresseuse, et je doute même de la nécessité de distinguer des fines différences de couleurs pour piloter même un avion de chasse (où on ferait mieux de se préoccuper de leur santé cardiovasculaire ou des véritables atteintes rétiniennes) ; j’en veux pour preuve la très grosse imprécision des outils de détection (aucune mesure numérique fiable, juste une poignée de planches bon marché, pas de calibrage). Pourtant on pourrait très bien imaginer de concevoir un capteur donnant un profil colorimétrique précis à chaque personne, somme on le fait pour les imprimantes, et avoir alors des dispositifs de rendus prenant mieux en compte ces différences de perception d’un individu à l’autre : enfin on aurait des rendus de photos acceptables par tout le monde et non seulement par un virtuel individu "moyen"...


Sommaire de la rubrique Archives 2008 (13)

  • Moi aussi - Rouge Carmin Alizarines
  • Feuilles brunes
  • De daltonien à daltonien
  • Ce n’est pas une tare
  • Je suis deutéranomalien, pas mon frère jumeau !
  • Pourquoi les daltoniens préfèrent le vert
  • Le daltonisme et l’art
  • Moi aussi
  • Le ballon rouge
  • Tests de dépistage
  • Les permis
  • La marine
  • Les crocodiles Haribo